La race des orphelins de Oscar Lalo

Résumé:  » « J’ai longtemps rêvé que l’histoire de ma naissance exhibe ses entrailles. Quelle que soit l’odeur qui en surgisse. La pire des puanteurs, c’est le silence. »
Je m’appelle Hildegard Müller. Ceci est mon journal.
Je m’appelle Hildegard Müller. En fait, je crois que je ne m’appelle pas.
J’ai soixante-seize ans. Je sais à peine lire et écrire. Je devais être la gloire de l’humanité. J’en suis la lie. »

Qui est Hildegard Müller ? Le jour où il la rencontre, l’homme engagé pour écrire son journal comprend que sa vie est irracontable, mais vraie.

J’ai besoin, avant de mourir, de dire à mes enfants d’où ils viennent, même s’ils viennent de nulle part.

Oscar Lalo poursuit son hommage à la mémoire gênante, ignorée, insultée parfois, toujours inaccessible. Il nous plonge ici dans la solitude et la clandestinité d’un des secrets les mieux gardés de la Seconde Guerre mondiale.

***

« J’ai soixante-seize ans. Je sais à peine lire et écrire. Je devais être la gloire de l’humanité. J’en suis la lie. »
C’est en ces termes que se décrit la narratrice de ce roman , Hildegard Muller. Et elle poursuit :
« J’ai besoin avant de mourir de dire à mes enfants d’où ils viennent, même s’il viennent de nulle part. »

Car Hilldegard Muller est née dans un Lebensborn. Elle ne connaît pas avec exactitude sa date de naissance. De ses parents biologiques elle ne sait strictement rien.
Toute sa vie elle a dû se contenter du peu qu’on a bien voulu lui dire.
Elle a aussi dû porter le poids de la culpabilité et de la honte.
Celles d’être née d’un projet absolument dément, imaginé par un homme fou qui rêvait de dominer le monde.
On apprend que les allemands sous la direction de Hitler et de Himmler ont débuté le Lebensborn Programm en 1936. Le but annoncé de ce projet était de purifier la race germanique.
Des milliers d’enfants sont nés durant la seconde guerre mondiale de parents de type aryen sélectionnés par les responsables avec pour unique mission de s’accoupler, au sens le plus trivial du terme pour enfanter des « hommes-machines » génétiquement parfaits aux yeux des nazis et programmés pour obéir aveuglement sans se poser de questions. Ont ainsi été crées trente quatre maternités implantées principalement en Allemagne mais aussi en Europe du Nord.
Ces enfants devaient ensuite être adoptés par des familles allemandes et être élevés dans le plus pur respect doctrinal.
A l’inverse le programme Action T4 se chargeait d’euthanasier les enfants qui ne correspondaient pas au programme, les enfants qui naissaient avec un handicap.
Hildegard Muller et son mari Olaf appartiennent à la première catégorie. Elle serait née en Norvège, lui serait né dans un Lebensborn francophone. L’hypothèse n’est pas vérifiable car toutes les archives ont été détruites par les allemands à la fin de la guerre.
Mais Hildegard pense qu’elle se doit de trouver des réponses. Pour ses enfants, avant tout.
Alors, qu’aidée par le scribe qu’elle a engagé pour l’écriture de son journal, elle se heurte dans ses recherches à une série de réponses négatives, elle réalise que la meilleure façon qu’elle a d’aider ses enfants est de mettre tout en œuvre pour leur donner ce qu’elle même n’a pas eu : une famille aimante et protectrice au sein de laquelle ils pourront se construire un avenir.

Voilà un livre qui avait piqué ma curiosité mais qui ne l’a pas vraiment satisfaite, et même si j’ai appris des choses que je ne connaissais pas sur cette partie de la seconde Guerre Mondiale, le sujet méritait d’être plus approfondi.
Je remercie les éditions Belfond et Netgalley France pour cette lecture.

La race des orphelins de oscar Lalo, éditions Belfond 2020, 288 pages, 18.00€

Ma note 📚📚📚

Un commentaire sur “La race des orphelins de Oscar Lalo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s